Un blog lifestyle fait pour les belles donzelles !

Tu aimes la mode, les voyages, les astuces beauté, le manger ? Découvre notre univers !

Dans notre nouvelle section Culture, nous te faisons partager nos coups de cœurs séries, films, bouquins… Enfin bref, tout y passe. On commence avec Making A Murderer, une série documentaire bluffante signée Netflix qui  nous plonge au cœur de l’engrenage judiciaire américain..

Le pitch ?

Making A Murderer nous raconte l’histoire de Steven Avery, inculpé et condamné en 1985 pour un crime qu’il n’a pas commis.  Il passera 18 ans incarcéré avant d’être innocenté et libéré grâce à des analyses ADN. L’histoire, déjà injuste aurait pu se terminer là… Mais NON! 2 ans plus tard… PAF! Il est encore inculpé pour le meurtre et le viol présumé d’une jeune photographe, Teresa Halbach. Les réalisatrices américaines Laura Ricciardi et Moira Demos nous placent alors dans le rôle d’un juré en nous présentant tous les éléments de l’enquête. À toi de te faire ton propre avis!

Steven Avery young

Son entrée en prison en 1985

Steven Avery old

À sa sortie de prison… 18 ans plus tard

Pourquoi j’aime ?

Cette série documentaire me révolte autant qu’elle me fascine. Épisode par épisode, nous découvrons de nouveaux éléments de l’enquête, de nouveaux indices, de nouveaux mystères, de nouvelles injustices. À des moments, on en vient même à devoir se rappeler que ce n’est pas une fiction, mais bien la réalité. Les deux réalisatrices nous guident dans les méandres de cette affaire avec une facilité désarmante. Elles nous donnent un point de vue unique, presque dérangeant. Bon, je te le dis tout de suite, il y a des moments où on se sent vachement impuissant, et un fort sentiment d’injustice bercera tes soirées. Plus que le récit de cette histoire totalement folle, cette série est une critique tranchante de la police, des média et du système judiciaire américain. Par ailleurs, le documentaire traite également et indirectement d’un sujet central tout au long des 10 épisodes, à savoir l’importance de l’appartenance (à une famille, à un milieu, à une communauté) aux Etats-Unis. Si ce sujet a déjà fait l’objet de nombreux films/séries, le point de vue choisi dans ce documentaire, en donne une profondeur encore plus inquiétante.

On ne peut s’empêcher de débattre, de spéculer, de s’insurger. Bref, tous les éléments d’un bon polar sont réunis, on est tenu du début jusqu’à la fin… Ah mince, tout ça c’est pour de vrai !

Qu’est-ce que ça a changé dans ma vie ?

Honnêtement, ça m’a donné envie d’aller offrir des muffins à mes voisins et d’être bien intégrée dans son immeuble ! Et puis, ça m’a aussi donné envie de faire des études en droit pénal du Wisconsin, devenir avocat et aller, moi aussi, défendre les cas épineux de tous les Steven Avery du monde… Ou de me la jouer à la Hulk et d’aller botter des fesses ! Plus sérieusement, quand on regarde cette série documentaire, on se dit qu’il vaut mieux profiter de la vie. On n’est jamais à l’abri de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment. La vie est trop courte donc autant en profiter !